Des idées pour e-Bélial’

ebelial.jpg

Je viens de retomber par hasard sur un courriel envoyé à Olivier Girard (Le Bélial’) alors qu’il me demandait de lui soumettre des idées pour une éventuelle plateforme numérique pour le Bélial’. 

J’ai eu la chance de me trouver dans la position du consommateur frustré et avide à qui on proposait d’inventer le fournisseur de ses rêves. On verra que la plupart des idées ont été retenues, quelques-unes non, et que quasiment toutes ont évolué. Voilà à quoi ressemblait la plateforme e-Bélial’ à l’étape du brainstorming, à quoi elle aurait pu ressembler, à quoi elle ressemblera peut-être un jour.

Nouvelle rubrique : Pour l’onglet, il faut un nom assez court pour que ça tienne dans la barre d’onglets, que penses-tu de E-BÉLIAL ? Ça serait aussi a priori le nom de la « collection » d’ebooks.

Une idée qui a été conservée telle quelle ! Là où la plupart des éditeurs se contentent de « dupliquer » leurs livres papier en livres numériques nous avons voulu donner une identité forte en créant une collection dédiée avec un nom, un logo et une maquette spécifique pour les couvertures.

Prix libre : On pourrait vendre des nouvelles au format électronique avec un prix libre, minimum 1€ (réparti entre l’auteur et l’éditeur) et indiquer que tout ce qui est au-dessus de cette somme est reversé à l’auteur comme encouragement (ou réparti aussi).

Une idée qui a été appliquée à tous les livres et pas aux seules nouvelles. 

VPC : On peut offrir pour tout achat de livres papier sur le site (ou contre une somme symbolique comme 1 € en plus du prix du livre) le droit de télécharger la version électronique du fichier si elle est disponible.

Encore une idée validée, mais pour la somme (un peu moins symbolique) de 2 €. Et une option utilisée une seule fois à ce jour, à croire que ce n’était pas une si bonne idée que ça, finalement.

DRM : Pas de DRM, je pense qu’on est d’accord là-dessus. Et mine de rien, c’est un argument marketing sur lequel il faut communiquer. On peut aller encore plus loin et inclure dans chaque fichier un texte du style : « Si vous avez acheté ce fichier, nous vous en remercions. Vous pouvez le transmettre à vos contacts proches mais nous vous demandons de ne pas le diffuser plus largement sur le web et sur les réseaux peer-to- peer. Si vous avez acquis ce ficher d’une autre manière, sachez que vous pouvez encourager le travail de l’auteur en achetant ce texte au prix qui vous semblera juste, à partir d’un euro. »

Pas de DRM sur e-Bélial’, on le sait et chacun de nos livres numériques contient un petit préambule inspiré de ce texte, téléchargeable ici.

Abonnement : Je viens de découvrir un service super qui s’appelle Spotify. Je paie 10 € par mois et je peux télécharger tous les albums de musique à volonté, écoutables sur mon PC ou mon baladeur, tant que je paie l’abonnement. Je ne sais pas trop comment on pourrait adapter ça sans DRM mais y’a peut être une idée à creuser.

On continue à creuser l’idée… mais si un service de ce genre doit naître, cela doit regrouper plusieurs éditeurs et cela ne viendra pas de chez nous. Je continue à en rêver…

Prix unique : je ne sais si c’est envisageable, mais si on vend un jour des romans électroniques, il faudrait pouvoir les proposer tous au même prix. L’une des forces d’iTunes, c’est de vendre toutes les pistes à 0,99 € et tous les albums à 9,99 €, quel que soit le nombre de pistes. On peut par exemple vendre tous les romans 10 € (minimum avec, comme pour les nouvelles, la possibilité de donner plus)

Cela n’a pas été retenu, et heureusement : 10 € est le prix de nos plus gros livres numériques, mais on en trouve aussi de plus petits à des prix inférieurs, à partir de 5 €.

Téléchargeabilité : L’une des craintes (justifiée) par rapport au livre électronique est : « si je change de liseuse et que la nouvelle n’est pas compatible avec l’ancienne, je perds tous les livres que j’ai achetés. » Je propose qu’on ne vende pas simplement un fichier électronique mais la possibilité de télécharger ce fichier ad vitam eternam depuis le site sous n’importe quel format. Concrètement, le client aurait un login et un mot de passe, et une fois qu’il aurait payé le fichier, il pourrait le télécharger à volonté dans le format qui lui convient.

Idée retenue, c’est la base de la plateforme : la bibliothèque où s’ajoutent tous les livres achetés, téléchargeables à volonté, aux formats ePub et PDF.

Bifrost : sur le forum, il y avait à un moment deux trois personnes qui se disaient intéressées par un Bifrost au format électronique. A voir s’il n’y a pas quelque chose à faire de ce côté-là…

Rien pour l’instant de ce côté-là, pour des raisons de complexité de maquette et de droits, mais on continue à y réfléchir…

Notes : donner la possibilité de noter une note sur 5 étoiles aux livres électroniques proposés, en limitant la possibilité à ceux qui ont effectivement acheté le texte, pour éviter les abus.

Rien de ce côté-là pour l’instant, non que ça ait été refusé, mais parce je viens de redécouvrir cette idée en retrouvant le courriel. Alors, un jour peut-être… en attendant, les nouvelles numériques peuvent être classées par « popularité » (petite barre bleue après le prix) qui correspond au nombre de téléchargements payants.

Logo : Je demanderais bien à mon graphiste de faire une version « e-bélial » du logo du Bélial’, en rajoutant au bélier des lunettes de soleil, un casque genre cyberpunk, ou quelque chose dans ce style. Qu’en penses-tu ?

Retenu ! Le logo e-Bélial’, variation sur le logo du Bélial’, est signé Guilhem Dupuy.

Laisser un commentaire