Watchmen et le marketing viral

Ceux qui lisent ce blog savent que je suis un grand fan de Watchmen et peuvent imaginer avec quelle espèce d’appréhension j’attends de découvrir l’adaptation de Zack Snyder demain soir. En fait, pas tellement. Je veux dire, on sait déjà tous que Watchmen est l’oeuvre inadaptable par excellence, que la complexité du scénario et la densité de l’univers la rend irrésumable dans un film, même un film de 2h45. Alors voilà, pour ne pas passer un trop mauvais moment, j’ai revu mes exigences à la baisse, je n’en attends pas grand chose, et on verra bien. Des quelques extraits que j’ai déjà, j’ai juste un peu peur du jeu d’acteur et de l’abus de scènes d’action au ralenti, qui avaient contribué à donner à 300 une véritable esthétique mais qui, pour Watchmen, seraient juste too much. Et puis il y a cette affiche toute naze. Mais attendons de voir.

Quoi qu’il en soit, je ne peux m’empêcher d’être ému comme le dernier des fan boys devant les diverses tentatives de marketing viral de la Warner.

La bande-annonce interactive

On a d’abord 6 minutes to midnight (parce que 12 ils avaient pas le temps), un genre de trailer interactif en flash, dans lequel l’internaute, guidé par le fameux Rorschach, doit se plier, justement, à un test de Rorschach. Chaque bonne réponse déclenche une nouvelle section du trailer, chaque mauvaise donne droit à un commentaire acerbe de Rorschach. C’est assez bien fichu, et ça ne rame presque pas chez moi.

La découverte des six mots-clés donne droit à télécharger des vidéos de quelques secondes et des photos. Mouais. Certains ne sont pas évidents à trouver, si vous ne voulez pas vous creuser les méninges, voici la solution : Glass (Le Hibou), Girl (Le Spectre Soyeux), Gun (Ozymandias), Face (Le Comédien), Hat (Rorschach), Helicopter (Dr. Manhattan).

Le jeu d’arcade en flash

En attendant le vrai jeu vidéo (pour lequel on peut craindre le pire), voici le jeu flash façon arcade qui propose d’incarner un membre des Minutemen (Le Hibou ou Le Spectre Soyeux) pour tabasser de l’homme de main patibulaire jusqu’au boss Moloch le lanceur du couteau. Le jeu est assez rudimentaire, avec de bons gros pixels, une musique et des bruitages qui sentent bon le 8 bits. Faut bien dire ce qui est, c’est assez répétitif et pas très amusant à jouer, heureusement c’est assez court.

Pourquoi un vieux beat’em all comme publicité pour Watchmen ? Parce que la cible visée est un homme d’une trentaine d’années qui a joué à Double Dragon pendant son adolescence ? En fait, c’est plus malin que ça : si l’on prête attention à l’enrobage du jeu, on s’aperçoit qu’avec Minutemen Arcade, les publicitaires ont imaginé un jeu qui pourrait exister dans l’univers de Watchmen, à l’époque du film (le milieu des années 80, donc), et qui fait référence au Minutemen, qui eux, donc, opéraient dans les années 50. Bref, c’est assez bien vu, et ça émoustille le fan boy qui est en moi. A part ça, chez moi, ça plante au moment d’entrer son nom pour les high scores.

Quoiqu’il en soit, la véritable réponse, ce sera demain soir, dans les salles obscures…

***

PS : Nouveau design, nouvelle version de dotclear, nouveau billet après quelques mois de silence : Oui ! Il semble bien que nous ayons là une tentative de ressucitation résurrection de ce blog, comme la rubrique A propos en a connu beaucoup. Je ferai un billet à ce sujet dans quelques jours !

2 réflexions au sujet de « Watchmen et le marketing viral »

  1. Grâce à toi, je viens de découvrir que l’homme qui m’avait fait très peur, sur le quai du métro, le soir de Halloween, était déguisé en Rorschach !

    (Et tu m’a donné très envie de lire le comics – pour le film, j’attendrai ton commentaire, parce que la bande-annonce qui passe ici ne donne vraiment pas envie…)

  2. Je ne suis pas sûr de faire un commentaire plus élaboré du film après l’avoir vu. A moins que le film soit une excellente surprise ou un contresens total, j’ai déjà tout dit… Lis le comics !

Laisser un commentaire