J’ai testé le livre électronique

///html l'iLiad par iRex (Philips) /// Jeudi dernier, le 10 janvier, le magazine Livres Hebdo organisait à la Maison de l’Amérique Latine un forum consacré au livre électronique, et plus précisément à la présentation des nouveaux readers sur papier électronique. Un succès inattendu puisque la salle était [plus que remplie|http://www.livreshebdo.fr/actualites/DetailsActuRub.aspx?id=1314&rubrique=7|fr] par toutes sortes de gens du milieu, éditeurs, auteurs, journalistes, et même quelques libraires. L’occasion pour votre serviteur, passionné par le sujet comme vous le savez, de –s’empiffrer à peu de frais de mini-viennoiseries– mettre enfin la main sur l’un de ces fameux readers. Premières impressions.

La matinée était divisée en deux parties : la première, animée par Fabrice Piault, rédacteur-en-chef adjoint de Livres Hebdo, était consacrée à la présentation des machines proprement dites : Pierre-Henri Colin, de la société 4DConcept a présenté l’iLiad, conçu par iRex, une filiale de Philips, mais distribué en France par 4DConcept, puis Laurent Picard et Michel Dahan, de Bookeen, on présenté leur Cybook, un reader de fabrication française. C’est pendant la pause café que les auditeurs étaient invités à rencontrer plus individuellement tout ce bon monde pour manipuler les readers. %%% %%% !!!Le Cybook de Cytale ///html Le premier Cybook de Cytale /// Présenter le Cybook ici, c’est une blague : il s’agit ni plus ni moins du premier e-book conçu en France, il y a de ça quelques années, échec commercial retentissant qui en a entraîné la faillite de Cytale, la société qui le commercialisait. Le Cybook, c’est un peu l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire, l’objet monstrueux qu’imaginent tout ceux qui prétendent qu’il n’abandonneront jamais le livre pour une « machine ». Ergonomiquement catastrophique, avec un écran LCD rétro-éclairé aveuglant, lourd comme un parpaing, une autonomie ridicule (4 heures) et de la taille d’un grande BD. Mais c’est aussi un moyen de mesurer les progrès qui ont été fait en quelques années seulement. %%% %%% !!!Le Cybook Gen 3 de Bookeen %%% [((/blog/public/Billets/.92c_s.jpg|Le Cybook Gen 3 par Bookeen|C))|/blog/public/Billets/92c.jpg] %%% Forts de leur expérience, jurant que l’on ne les y prendra plus, les concepteurs du premier Cybook reviennent fin 2007 avec une nouvelle société et un reader déjà plus convaincant. L’écran en papier électronique, sans rétro-éclairage, est bien plus agréable à lire, l’autonomie annoncée est de plusieurs semaines (puisque seule l’action de tourner les pages, et pas celle de les afficher, consomme la batterie) et la mémoire interne, extensible, permet de stocker plusieurs centaines de livres. Les images sur le site de l’éditeur ne permettent que difficilement d’imaginer sa taille, d’où la photo ci-dessus : un peu plus grand qu’un iPhone, à peine moins qu’un livre de poche. Il est en outre vraiment très léger (174 grammes). Ouvert, il accepte toutes sortes de format : PDF, HTML, Open eBook, Word, etc. Épuise quelques jours après sa sortie, Bookeen annonce en avoir vendu environ 1500 en deux mois, au prix de 350 €. %%% %%% !!!L’iLiad par iRex (Philips) %%% [((/blog/public/Billets/.92d_s.jpg|L’iRex par iLiad|C))|/blog/public/Billets/92d.jpg] %%% En plus de cumuler toutes les qualités du Cybook, l’iLiad se veut plus qu’un e-book : livré avec un stylet, il permet grâce à son écran tactile d’annoter sa lecture ou de prendre des notes. On se rapproche plus du Tablet PC, même si son écran en papier électronique noir et blanc ne permet qu’une utilisation plus limitée. Equipée d’une puce Wifi, il peut se synchroniser avec un ordinateur sans qu’il soit besoin de le connecter via USB, mais ne permet pas (en tout cas pour l’instant) d’acheter des livres n’importe où comme le [Kindle|/n/post/2007/11/19/Kindle-l-e-book-par-Amazon|fr] d’Amazon. Il est plus gros et plus lourd que le Cybook mais avec un prix de 650 €, il vise un autre public pour une utilisation plus professionnelle. %%% %%% !!!Rien ne presse Selon une « étude » réalisée par Bookeen, la lecture sur papier électronique occasionne une fatigue oculaire qui n’est pas plus importante que celle occasionnée par la lecture sur papier classique, et on veut bien les croire. Il faut dire que la qualité de ces écrans est assez bluffante : on a  »vraiment » l’impression de lire une page papier qui change comme par magie lorsqu’on tourne la page. Mais je ne conseillerais pas d’acheter un e-book aujourd’hui, pour une raison toute simple. Outre le prix élevé des machines et l’offre de contenu pour l’instant assez peu étoffée, les deux machines que j’ai pu tester présentent à mon sens un défaut majeur : lorsqu’on tourne une page, la page de papier électronique doit se remettre à zéro, ce qui occasionne l’apparition à chaque fois d’un écran noir (on le voit bien dans [cette vidéo|http://fr.youtube.com/watch?v=dJzR5AXkR28|fr]). Assez désagréable pour une seule page, l’effet risque d’être vraiment pénible lorsqu’il s’agit de lire un livre entier. Attendons encore un peu, laissons aux fabricants le temps de roder leur technologie (par exemple un écran en couleurs ?), et nous aurons, en plus de machines moins coûteuses et d’une offre de livres plus large, un reader sur papier électronique vraiment agréable à utiliser. %%% %%% !!!Les éditeurs et le livre électronique %%% [((/blog/public/Billets/.92e_s.jpg|Les éditeurs et le livre électronique|C))|/blog/public/Billets/92e.jpg] %%% Pour la seconde partie du forum, plusieurs éditeurs de presse ou de livres sont venus présenter leurs premiers pas dans le domaine du livre électronique. Philippe Jannet, rédacteur-en-chef du site internet Les Echos, a lancé [la version électronique du journal Les Echos|http://www.lesechos.fr/epaper/index.htm|fr], avec une offre e-book + abonnement au journal, première expérience du genre en France. Stéphanie van Duin, de Hachette Livre Numérique, était la plus réticente, notamment en ce qui concerne les problèmes de législation et s’inquiéter d’Amazon qui avec son Kindle, casse les prix du marché en vendant des best-sellers à 9,99 $ (au lieu d’une vingtaine pour la version papier). Stéphanie Chevrier, de Flammarion, a relaté son expérience de création d’une version électronique du __Testament des siècles__ de Henri Loevenbruck, un livre contenant comme un DVD des « bonus » : biographie, bibliographies, interviews, documentation, etc. Enfin, Charles Berdenet, de Nathan, a parlé des recherches en cours en matière de manuels scolaires électroniques et de l’intérêt du Ministère de l’Education. %%% %%% !!!L’e-book n’est pas un livre Plusieurs points retiennent aujourd’hui les éditeurs de se lancer dans le livre électronique, et parmi ceux-là, le manque total de legislation dans ce domaine. En France, contrairement aux Etats-Unis, le principe d’exception culturelle et la loi Lang, permettent de vendre le livre avec un prix fixe et une TVA de 5.5%. Mais le livre électronique n’étant pas (à l’heure actuelle), considéré comme un livre, il n’entre pas dans le champ d’application de la loi. Pour l’instant, il n’y a apparemment aucune volonté du côté du gouvernement de se pencher sur le problème… %%% %%% !!!La peur du pirate L’autre crainte des éditeurs, c’est celle de perdre le contrôle de la diffusion de leurs oeuvres, en clair, la peur du vilain pirate qui va mettre __Le rivage des Syrtes__ en PDF sur e-mule. A tel point que ceux qui ont osé sauté le pas n’envisagent pas de diffuser leurs fichiers sans les protéger au moyen de DRM. Le « Digital Rights Management » ou « [gestion numérique des droits|http://fr.wikipedia.org/wiki/Gestion_num%C3%A9rique_des_droits|fr] » est un système qui permet de verouiller un fichier numérique (livre, film, musique, ou autre) de façon à ce qu’il ne soit lisible que sur un seul périphérique (baladeur mp3, e-book, etc.). Résultat, impossible de passer __L’élégance du hérisson__ numérique à Tata Claudine ou de le diffuser plus largement sur les réseaux P2P. Mais les grandes majors, jusqu’à [Sony il y a quelques jours|http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-33865112@7-37,0.html|fr], ont peu à peu réalisé que la protection des fichiers ralentissait les ventes plus qu’elle ne les protégeait du pirate (qui trouve toujours une solution), et ont abandonné peu à peu ce système. Les éditeurs commettront-ils la même erreur ? %%% %%% !!!Un monde sans libraire ? C’est un consultant, intervenant de la première partie, qui a tenu à raconté cette « anecdote amusante » : l’histoire (véridique) d’un utilisateur du Kindle qui, s’étant trouvé à court de lecture alors qu’il attendait son avion, s’est rendu à la librairie de l’aéroport pour trouver un livre et, ayant feuilleté quelques ouvrages et fait son choix, n’a eu qu’à sortir de la boutique, connecter son Kindle à Amazon et télécharger directement le livre qu’il avait choisi, court-circuitant ainsi le libraire physique. Inutile de dire que dans l’assistance, on a plutôt ri jaune. Et les différents éditeurs de présenter un système de distribution dans lequel le libraire était curieusement absent, caduque, inutile. Alors, le livre électronique signifie-t-il la fin du métier de libraire ? Personnellement, je reste persuadé qu’on aura toujours besoin des libraires : pour ceux qui aiment le livre en tant qu’objet, pour les albums pour enfants, pour les beaux-livres. Simplement, on aura sans doute besoin de  »moins » de libraires… %%% %%% !!!A lire sur le même sujet : *[Demain les livres|/n/post/2006/02/04/39-demain-les-livres-1|fr] *[Kindle, l’e-book par Amazon|/n/post/2007/11/19/Kindle-l-e-book-par-Amazon|fr]

2 réflexions au sujet de « J’ai testé le livre électronique »

  1. Merci beaucoup pour ce témoignage très instructif. Il pose en effet beaucoup de questions quant à l’avenir du métier de libraire.
    Car si les gens ont besoin d’un intermédiaire, c’est essentiellement pour le conseil. Or, comme le montre l’exemple que tu cites, ce conseil pourrait bien devenir « gratuit » (c’est notamment le cas pour les bloggueurs qui parlent d’un livre et renvoient le lien sur Amazon, le conseil et la vente étant alors deux actes différenciés).
    Bref, affaire à suivre, dans un secteur où l’évolution s’accélère…

  2. Dans « livre électronique » le mot « livre » n’est pas approprié : ce n’est pas de livres qu’il s’agit mais de « bibliothèques » électroniques.

    Si on choisi ce point de vue, les « détails » techniques (confort, lisibilité, etc) et même prix d’achat (il pourrait être symbolique comme celui des téléphones à 1 €) perdent beaucoup d’importance : si avoir accès à une bibliothèque plutôt qu’à seul un livre à la fois avait suffisamment d’intérêt il serait très surprenant qu’on ne trouve pas des solutions valables.

    Sur Internet il y a des millions d’auteurs (potentiels ou dont les écrits ne sont pas accessibles) et des millions de lecteurs. Entre les deux il n’y a que Google et c’est un peu court. Les comités de lecture, les éditeurs, les commerciaux, les libraires (y compris les chefs de rayon des hyper-marchés!), les bibliothècaires et les critiques (tous les journalistes qui écrivent ou parlent de livres) ne servent pas à rien, ils sont beaucoup trop modestes.

    Les changements possibles sont du même ordre que ceux qui se sont produits quand on est passé des manuscrits à l’imprimerie. Par exemple l’auteur n’était pas rétribué, la durée nécessaire au travail de copie prédominante, le manque de textes tel qu’apprendre à lire était réservé à un tout petit nombre, etc.)

    G.L.

Laisser un commentaire