Kindle, l’e-book par Amazon

///html Amazon Kindle /// !!!Kindle Surprise J’avais déjà abordé sur ce blog le thème du livre électronique et plus généralement livré mes diverses turpitudes sur l’avenir du livre avec l’éclosion des nouvelles technologies, dans un long dossier intitulé [Demain les livres|/pages/2006/02/04/39-demain-les-livres-1|fr], à l’occasion du lancement du Sony Reader ou PRS-500, le premier e-book utilisant l’encre et le papier électronique. Aujourd’hui, c’est Amazon qui se lance sur ce nouveau marché où beaucoup d’autres se sont cassé les dents, avec le Kindle, dont l’intention est clairement d’imiter le succès de l’iPod et de l’Itunes Music Store d’Apple. Le livre électronique, bientôt dans toutes les poches ?

Le papier électronique, cette nouvelle technologie utilisée par le Kindle et par le Reader de Sony, vous le connaissez déjà (et sinon, courez lire [ceci|/pages/2006/02/04/39-demain-les-livres-1|fr]). Aujourd’hui on est capable de fabriquer des livres électroniques avec des écrans aussi agréables à lire que des pages de papier, sans rétro-éclairage et lisibles même en plein soleil. L’e-book apporte en plus de nombreux avantages : faible encombrement pour un nombre important de livres, marque-pages (au pluriel), recherche contextuelle de texte dans un dictionnaire, etc. Alors, qu’apporte Amazon au problème de l’e-book ? Pour rappel, la société de Jeff Bezos est tout simplement le plus gros vendeur de livres et de [couche-culottes|http://www.amazon.com/Pampers-Cruisers-Size-Economy-Plus/dp/B000FHD0NC/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=baby-products&qid=1195737761&sr=1-1|fr] au niveau mondial, et avec le rachat de Mobipocket (un format de livres électroniques) annonce pouvoir proposer au lancement de son e-book pas moins de 80.000 titres à acheter, comprenant best-sellers, nouveautés et ouvrages de fonds (dont, on l’imagine, beaucoup de titres libres de droit). %%% %%% ///html Amazon Kindle /// Mais la grande force du Kindle, c’est sa connectivité. Où que vous soyez, le livre électronique d’Amazon est capable de se connecter au portail d’Amazon. J’ai bien dit « où que vous soyez » : il ne s’agit pas de Wi-Fi, qui nécessite d’avoir un « hot-spot », parfois payant, mais d’un système intitulé  »Whispernet » qui se connecte gratuitement via le réseau téléphonique mobile. Autrement dit, si vous vous trouvez dans un endroit où votre mobile capte, vous pouvez vous connecter gratuitement, sans abonnement, à  »Whispernet » et acheter des livres sur Amazon (qui eux sont bien évidemment payant), recevoir le dernier exemplaire d’un journal auquel vous êtes abonné (pour la presse française, seul  »Le Monde » est annoncé), lire des billets de blogs (une sélection de 250 choisis par Amazon) ou des articles de Wikipedia. Ainsi, le Kindle peut-être utilisé de façon totalement autonome, sans qu’on ait jamais besoin de le connecter à un ordinateur pour se procurer de la lecture. Ici, on voit bien la ressemblance avec le baladeur d’Apple : proposer à la fois l’appareil et le portail de contenu payant, pour faire un maximum de brouzoufs. Mais, Monsieur [Jeff Bezos|http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeff_Bezos|fr], tant qu’à vous inspirer d’Apple, payez-vous aussi un designer digne de ce nom : votre Kindle, là, il est quand même super moche. Faudrait pas croire qu’il suffit de s’entourer d’auteurs à la mode comme [Toni Morisson|http://www.amazon.com/gp/mpd/permalink/m1SMOFDCLT5DMB:m2SCX7R7YGRLVK/ref=ent_fb_perma_icon/103-3763508-5661464|en] ou [Neil Gaiman|http://www.amazon.com/gp/mpd/permalink/m1JKVXYEJGAOB3:m3O1LK7S95MRVJ/ref=ent_fb_perma_icon/103-3763508-5661464|en] et de les payer pour vanter les mérites de vos produits (encore une idée piquée à Apple pour la promotion de son iPod). Sa taille, malgré l’impression d’obésité que donne les photos, est on ne peut plus raisonnable : 19 par 13,5 cm, soit un peu plus qu’un livre de poche (10 par 18 cm). On aurait quand même préféré un écran qui occupe la totalité de la surface avec un clavier (rendu obligatoire par les possibilité de  »surf » de l’appareil) tactile, comme par exemple ceux que l’on trouve sur certains [UMPC|http://www.umpc-france.com/|fr]. Alors, que pense le libraire que je suis du livre électronique ? Faut-il y voir, à terme, une menace pour mon métier et conséquemment pour mes revenus ? Pour être honnête, dès que quelqu’un sortira un modèle d’e-book assez satisfaisant pour un prix plus raisonnable (le Kindle vaut quand même 400$), je serais le premier à me jeter dessus. Alors que je suis bien un amoureux de l »’objet » livre, à la limite du fétichiste, que j’ai entassé des livres sur les étagères de mes bibliothèques jusqu’à les faire craquer et que je suis du genre à collectionner les premières éditions de Fredric Brown en Présence du Futur. Alors pourquoi un e-book ? Et bien, d’abord parce que je ne vois pas l’e-book comme une menace pour la librairie traditionnelle : il crée un nouveau marché plutôt que d’empiéter sur le nôtre. En plus parce qu’à cause de mon métier (et parce que j’ai vendu mon âme à [ActuSF|http://www.actusf.com/|fr]), je reçois beaucoup de  »services de presse », de livres que je n’ai pas forcément envie de conserver après les avoir lu. Ces livres-là, je serais ravi de les avoir en version électronique, ce qui permettrait en plus à l’éditeur de faire des économies. %%% %%% ((/blog/public/Billets/84c.jpg|Amazon Kindle 3|C)) %%% Actuellement, il n’y a pas eu d’annonce concernant une éventuelle commercialisation en France du Kindle d’Amazon, et ce ne sera sans doute pas pour tout de suite, pour la simple et bonne raison que le réseau téléphonique français n’est pas capable de supporter le fameux  »Whispernet ». Et il n’y a pas vraiment d’offres intéressantes à ce jour d’e-book sur notre territoire. Ainsi, Antoine G. propose d’acheter son chouchou [L’élégance du hérisson|http://www.mobipocket.com/en/eBooks/BookDetails.asp?BookID=32644|fr] dans sa version numérique au même prix que la version papier, quel intérêt ? (à moins qu’il ne s’agisse d’une conséquence de la loi Lang ?). Autrement dit, chez nous, ce n’est pas pour tout de suite ! %%% %%% Pendant ce temps, toutefois, la Fédération Nationale des Achats de Cadre vient de lancer [un service|http://fnac.cyberlibris.fr/|fr] qui permet, contre un abonnement modique, de consulter des « bouquets thématiques » de livres (tout sauf des romans) mais uniquement en ligne, depuis son site. Mouais… De son côté, Flammarion lance un [concours de design|http://www.comitecolbert.com/internet/index.php?option=com_content&task=view&id=298&Itemid=267|fr] d’un lecteur numérique, dont le thème est de concevoir un « support de lecture pour le livre de demain ». Curieusement, dans le cahier des charges, on remarque que le prix de l’objet doit être « le prix d’un livre » (qui peut aller de 1 à des centaines d’euros) et que le circuit de vente doit être le même que celui du livre traditionnel. Etonnant, non ? %%% %%% Ci-dessous, une petite démonstration vidéo du Kindle pour comprendre comment ça fonctionne : ///html /// Et pour finir, un petit lien vers la [page officielle du Kindle|http://www.amazon.com/kindle|fr] ! !!!Bonus Allez, tentons de lancer le débat et les commentaires avec. Si vous m’avez lu jusqu’ici (et je vous en remercie), vous pouvez encore faire un petit effort ! Alors, s’il existait un e-book parfait sans tous les défauts que vous pouvez imaginer et une offre de titres téléchargeables assez conséquente pour vous intéresser, seriez-vous interessé par l’e-book ? En d’autres termes : *Petit a : Jamais, je préfère ma bibliothèque et mes bouquins ! *Petit b : Tout de suite, et j’en profiterais pour multiplier mon rythme de lecture par six ! Amis lecteurs, à vos claviers !

4 réflexions au sujet de « Kindle, l’e-book par Amazon »

  1. J’aurais tendance à répondre b) dans la mesure où je suis extrêmement intéressé par une fonction de recherche de texte (du genre : mince, ce personnage est déjà apparu avant mais je ne me souviens plus ce qu’il fait –> au lieu de se taper 200 pages à feuilleter en diagonale, une recherche rapide et hop !).

    Maintenant je suis aussi un fan de l’objet livre, donc y a des chances que j’achète aussi le livre papier en même temps que le livre électronique :)

    D’ailleurs ça pourrait être une idée, non ? Du genre pour un euro de plus, on achète les deux versions, comme ça on peut avoir le livre papier dans sa bibliothèque pour les collectionneurs, et l’emmener en version électronique en vacances.

  2. Mmh, il faudrait que l’e-book soit vraiment solide pour que les gens puissent le trimballer partout et augmenter ainsi la portabilité des écrits… Si je veux lire à la plage, entre transporter un livre, certes gros mais incassable, et un petit bijou électronique qui m’aura couté les yeux de la tête, je pense que je choisirai encore la première option… Mais bon, dans l’absolu, et si la lecture est confortable, l’idée me parait bonne.

  3. Jérôme : Oui, l’idée de vendre à la fois la version numérique et la version papier m’avait traversé l’esprit aussi. L’idéal serait qu’on achète le livre en magasin (comme ça j’ai toujours mon salaire de libraire) et que dans le bouquin on ait une puce RFID ou un code barre QRcode qui puisse être lu par le livre électronique et qui permette ensuite de télécharger la version numérique, éventuellement moyennant un euro symbolique. Une idée à développer ! Maintenant, j’ai peur que ça n’intéresse qu’un public assez réduit…

    Laure-Lou : Ah oui, combien d’appareil photos numérique j’ai pu bousiller à la plage (bon, un seul, mais il m’avait coûté cher) ! Cela dit, les gens n’hésitent plus à trimballer partout avec eux leur téléphone mobile, leur baladeur mp3, leur PDA, des objets qui sont devenus assez solides et assez portables pour les accompagner dans la vie de tous les jours. Alors, un e-book à la plage, pourquoi pas ? Après, y’a le soucis de la multiplication des gadgets, mais c’est encore un autre problème…

Laisser un commentaire