L’énigmatique souris du Laos

Le kha-nyou

« J’ai su immédiatement qu’il s’agissait de quelque chose que je n’avais jamais vu avant« . Une phrase qui pourrait être tirée d’un film de science-fiction, voire d’un film d’horreur de série B, mais non : c’est au Dr Robert Timmins de la très respectable Wildlife Conservation Society, société new-yorkaise de protection de la nature que nous la devons. Et c’est au sujet du kha-nyou, cet étrange rongeur qui ne ressemble effectivement à pas grand-chose, « à mi-chemin entre le rat, l’écureuil, le cobaye et le chinchilla« . Si pour les scientifiques occidentaux, il s’agit d’un mammifère inconnu et donc d’une découverte scientifique comme on n’en fait pas tous les jours, le Laonastes aenigmamus est pourtant bien connu des populations du Laos pour qui il est avant tout un mets succulent que l’on rôtit à la broche. Pour Timmins, il s’agirait en fait même d’une famille d’espèces totalement nouvelle, ce que les glirologistes (expert en rongeurs : j’ai appris un nouveau mot) contestent pourtant. N’ayant aucune connaissance en la matière, je ne me permettrais pas d’intervenir dans le débat. C’est juste que le nom latin de la bestiole, qui peut se traduire par « l’enigmatique souris du Laos« , m’amusait. Je sais pas vous, mais moi j’adorerais que des extra-terrestres, visitant notre monde des millions d’années après la disparition de l’humanité, trouve mon squelette fossilisé et baptise la race humaine : l’énigmatique humanoïde de la planète Terre.

Source : Le Monde

Illustration : D.R./WILDLIFE CONSERVATION SOCIETY (WCS)

Laisser un commentaire