Passe-moi le SELL

Affiche anti P2P

Loin de moi l’idée de critiquer la campagne de répression lancée depuis quelques temps par le Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs (des jeux vidéos, oui) visant les pirates sur les réseaux de P2P. On ne peut au contraire que se féliciter de leur politique de prévention qui, au contraire de celles qu’on a vues pour la musique ou le cinéma, ne se limite pas au placardage d’affiche dans le métro. Mais regardons les choses en face, est-ce vraiment efficace ?

When you pirate MP3s, you're downloading communism

Si les utilisateurs des réseaux de peer-to-peer reçoivent un message lorsqu’ils sont repérés par le SELL avant d’être effectivement trainé en justice, c’est disuasif bien sûr, mais est-ce qu’on ne pourrait pas se dire, au contraire, qu’on peut télécharger tranquille tant qu’on n’a pas reçu le fameux petit message ? Plus encore, on peut lire sur le site du Syndicat que sont concernés exclusivement les internautes responsables de la premiere mise à disposition sur les réseaux d’une oeuvre appartenant au catalogue d’un éditeur du SELL.

Autrement dit, le type avec un pseudo du genre WaRiOrZ qui va copier le jeu sur son ordinateur à partir des CD-Roms originaux, en faire un jolie archive et mettre le tout dans son eMule. Pour les autres, rien, nada, ils peuvent continuer à télécharger tranquille. Alors bien sûr, le seul vrai pirate, c’est lui, mais n’est-ce pas aussi, dans cette triste histoire, la seule personne qui achète le jeu ?

Source : SELL.fr

Laisser un commentaire